top of page
Rechercher

AMNESIE COLLECTIVE DES TRADITIONS ANCESTRALES?


En tant que prof d'Histoire Géo, on m'a vendu l'histoire que la civilisation occidentale avait son berceau dans le christianisme et les Romains. On m'a toujours présenté les Romains comme le point ultime de la civilisation. Les Grecs et les Romains, tous les autres étaient des rustres et des barbares.


Certes, ils ont dessiné les prémices de nos lois, du droit à la propriété, de la citoyenneté.


Qui parle des Celtes, des Wisigoths, des Vikings, des bogomiles, des vaudois, des personnes non christianisées en France au long des 2000 années passés?


Pourquoi l'Eglise avait besoin de dépenser plein d'argent pour convaincre? Pourquoi avait-elle besoin de lancer des croisades pour tuer d'autres chrétiens?

Pourquoi? Si ce n'est que le catholicisme n'était sans doute pas aussi répandu que ce l'on veut présenter?

Impossible de savoir de manière sure ce que pensaient les gens dans leur coeur et âme.


J'ai tendance en tous cas à penser que l'idée d'une France judéo-chrétienne n'est pas forcément un vérité historique mais surtout une construction comme un autre.


Vézelay comme la Sainte Baume étaient des lieux sacrés avant le christianisme.

Comment les anciennes histoires et légendes se sont-elles perdues?

Peuvent-elles être retrouvées?


------------------------------------------------------------

EXEMPLE DE TRADITIONS "CHAMANIQUES" EUROPEENNES :


-> BENEDANTI (extrait de Wikipédia) : (ça se passe entre 1500 et 1600 sur le territoire de ce qui est aujourd'hui l'Italie)


Hommes ou femmes, les Benandanti se définissaient comme un petit groupe d'anti-sorciers qui assurait la protection des villageois et de leurs récoltes. On devenait benandante de naissance : seulement les enfants nés coiffés, c'est-à-dire dont la poche amniotique couvrait le visage à la naissance, étaient destinés à rejoindre les rangs des Benandanti.


Fonctions

Les Benandanti affirmaient que leur esprit quittait leur corps durant les nuits des jeudis des Quatre-Temps, parfois sous une forme animale. Les hommes se rendaient dans les champs où ils combattaient les malandanti (les mauvais sorciers). Ils étaient armés de tiges de fenouil, alors que les malandanti étaient armés de tiges de sorgho. Si les benandanti étaient victorieux, les récoltes seraient fructueuses.


Les femmes benandanti avaient une autre tâche. Lorsqu'elles quittaient leur corps endormi, elles se rendaient à la suite d'une entité féminine connue sous différents noms (Abonde, la Dame du Bon Jeu, la Bonne Dame, etc.) où elles dansaient, mangeaient et buvaient en compagnie d'une procession d'esprits, d'animaux ou de fées. Elles apprenaient qui des villageois mourrait cette année.


Traditions similaires

Les thèmes associés au culte des Benandanti (quitter le corps en esprit, parfois sous la forme d'un animal ; combattre pour la fertilité des récoltes ; banqueter avec une Reine ou Déesse ; boire le vin des caves) sont retrouvés de manière répétée dans d'autres traditions : ainsi les armiers et les suivantes de Bensozia au xiiie siècle dans les Pyrénées, en Ariège ; ainsi les suivantes de Dame Orient au xive siècle à Milan et de Richella et de la Sage Sibylle au xve siècle dans le Nord de l'Italie ; Il existe également un culte similaire en Corse, les mazzeri, qui en rêve voient les gens qui vont mourir. Ils se combattent, entre groupes de mazzeri,avec de grands bouquets d'asphodèles, afin d'établir la domination sur un territoire. En rêve, ils chassent une proie et lorsqu'ils la retournent, le visage qu'ils voient est celui d'une personne qui va mourir dans l'année.... jusqu'à bien plus loin, aux loups-garous de Livonie, aux kresniki de Dalmatie, aux táltos hongrois, aux căluşari roumains et aux burkudzauta ossètes. Aussi l'historien Carlo Ginzburg estime qu'il existe une relation réelle entre le culte des Benandanti et le chamanisme des cultures baltes ou slaves. Cela expliquerait, selon lui, les similarités entre le culte benandante du Frioul et le cas distant de Livonie concernant un loup-garou bénéfique combattant les démons pour les empêcher de voler les récoltes.



The Cernunnos-type antlered figure or horned god, on the Gundestrup Cauldron, on display, at the National Museum of Denmark in Copenhagen

 



166 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page